Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 07:37

 

Historique de l'école 

 

1. Rappel : de 1934 à 1967.

 

1934 : Freinet démissionne de l’enseignement public.

Rayonnement national de la pédagogie Freinet, que les événements de Saint-Paul ont fait connaître.

Au printemps, départ de Saint-Paul pour Vence où sera bâtie l’école nouvelle : la « Réserve d’enfants », devenue « École Freinet » : « Je prends la seule voie qui me semble possible pour continuer l’œuvre qui est toute ma vie » déclare Freinet, qui a 38 ans. La grande particularité de cette école est qu'elle sera un internat mixte.

Pendant l’été, déplacement de la Coopérative de l’Enseignement Laïc à Vence.

1er octobre, ouverture (sans autorisation officielle) de l’école sur la colline du Pioulier à Vence. Libre enfin de ses recherches, Freinet peut créer son « laboratoire vivant ».

 

freinet02

 

1937-38 : Exode des enfants espagnols. La « Réserve » devient un lieu d’accueil et d’asile, dans des difficultés matérielles et financières innombrables. « Servir l’Espagne, servir les enfants espagnols est notre seul souci » déclare Freinet.

Lancement des Brochures d’Éducation Nouvelle Populaires (BENP) : Freinet en écrira une vingtaine.

 

1939 : Avec la déclaration de guerre, la Coopérative de l’Enseignement Laïc et l’école vont cesser de fonctionner. Du 30 juillet au 6 août se tient tout de même le troisième « cours de vacances » pour des stagiaires qui viennent se former aux techniques de Freinet.

 

1940 : Freinet est arrêté, sur dénonciation, le 20 mars : il quitte son école entre deux gendarmes, sous les yeux des enfants. Il va être interné (voir : Freinet, 2004).

 

1941 : Le 10 juin, Élise Freinet quitte l’école, qui est confiée à une association tchécoslovaque : Joseph Fisera y recueille des centaines d’enfants, les sauvant ainsi de la déportation (une plaque commémorative a récemment été posée sur le "bungalow" d'Élise, à l'école).

 

1945 : En août, retour à Vence, et réouverture de l’école. Freinet déclare : « on repart à zéro ».

 

1949 : Le film L’école buissonnière fait connaître au grand public l’imprimerie à l’école et l’affaire de Saint-Paul.

L’École Freinet prend un nouvel essor, sa renommée conduit à Vence des milliers de visiteurs. Les « journées de Vence », en été, et les colloques s’y succèdent autour de Freinet. Un musée d’art enfantin y est créé. Freinet, qui ne peut enseigner régulièrement à cause de ses nombreuses responsabilités, fait venir des instituteurs, qui se succèdent à l’école.

 

Années 1960 : Des dissensions entre Freinet et certains membres de son mouvement vont se développer.

 

1964 : L’école obtient un statut « expérimental », et l’ Éducation Nationale rémunère les instituteurs.

 

1965 : Freinet contacte des banques et des universitaires, en vue de fonder « L’Institut Freinet de Vence » : il veut construire un bâtiment en face de l’école, où il formera les enseignants qui sont motivés pour apprendre à pratiquer la pédagogie qu’il a voulue dans cette école.

 

1966 : Mort de Freinet (8 octobre).

 

1967 : L’école est gérée par une association loi 1901 dont les buts sont d’assurer :

« la conservation, le développement et l’application pratique des méthodes pédagogiques de Célestin Freinet ».

L’école est dirigée par Élise Freinet, mais de plus en plus par Madeleine Freinet et son mari l’écrivain Jacques Bens.

Éloignement progressif entre l’École Freinet et l’Institut Coopératif de l’École Moderne (au cours des années suivantes, les tensions vont s’accentuer entre Élise Freinet et l’ICEM, et entre Madeleine Freinet et l’ICEM).

 

2. La direction de l’école par Carmen Montès

 

1975 : Carmen Montès est appelée par Élise Freinet à l’École Freinet (elle est formée sur place par Élise Freinet jusqu’en 1983). Arrivée à Vence, le groupe départemental de l’ICEM lui a demandé de « choisir entre Élise et l’ICEM ».

 

1978 : Élise Freinet fait venir Brigitte Konecny à l’école (elle est formée sur place par Élise Freinet jusqu’en 1983).

 

1981 : Carmen Montès devient directrice de l’École Freinet, à la demande de Madeleine Freinet.

 

1983 : Mort d’Élise Freinet (30 janvier).

 

1984 : Carmen Montès recrute Mireille Renard à l’école.

 

1991 : Madeleine Freinet, en difficultés financières, convainc le ministre de l’Éducation nationale Lionel Jospin de racheter l’école : l’École Freinet devient école publique d’État (à statut expérimental, hors carte scolaire), sous tutelle de l’Inspecteur d’Académie de Nice. Il est dit clairement que la vocation de l’école est de préserver la pédagogie qui a été voulue ici par Élise et Célestin Freinet.

 

1992 : À partir de mai 1992, conformément à l’arrêté de l’IA des Alpes-Maritimes faisant suite aux circulaires ministérielles de l’Education Nationale du 5 juin et du 31 décembre 1991, l’association des « Amis de Freinet » désignera, selon les termes de l’arrêté, deux de ses membres qui siégeront aux Conseils de l’École Freinet.

 

2001 : En juillet, l’école est inscrite au « Patrimoine du XXe siècle », grâce à une action des élèves de la classe des "grands" :

http://freinet.org/ne/109/encart109-pdf.pdf

http://www.paca.culture.gouv.fr/dossiers/xxeme_label/notices/06/vence/ecole_freinet/ecole.htm 

http://www.paca.culture.gouv.fr/dossiers/xxeme/f29.htm

http://www.paca.culture.gouv.fr/dossiers/xxeme/popup/f29_pl.html


- Début d’une enquête ethnographique et didactique menée par Henri Louis Go dans le cadre d’une thèse de doctorat sous la direction du professeur Gérard Sensevy.

 

2003 : Création d’un groupe de travail à l’IUFM de l’académie de Nice par Henri Louis Go, en vue de former avec l’équipe de l’École Freinet des stagiaires à la pédagogie pratiquée dans cette école (des stagiaires ont été formés entre 2003 et 2008, pour préparer la succession de l’équipe en place).

 

2005 : Soutenance de la thèse d’Henri Louis Go à l’Université Rennes 2, à la suite des 4 années d’enquête in situ (mention « très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité »).

 

2007 : Décès de Madeleine Freinet (8/08/1929 - 20/10/2007).

Transfert de propriété de l’État au Conseil Général. L’École Freinet reste attachée au Collège International de Valbonne pour sa gestion.

- Un livre est publié par Henri Louis Go sur le fonctionnement de cette école : Freinet à Vence. Vers une reconstruction de la forme scolaire ? Rennes : PUR.

- Actualisation du document « L’École Freinet » en conseil des maîtres : Charte validée par l’Inspecteur d’Académie de Nice concernant les conditions de nomination des enseignants dans l’École Freinet.

- Prise d’un temps partiel par Mélanie Grimonpont (directrice de l'école depuis 2009), pour passer tous les vendredis pendant un an dans la classe de Brigitte Konecny, et apprendre à pratiquer la méthode naturelle d’écriture/lecture.

 

2008 : Soutenance d’un Master 1 par François Carroz à l’Université Rennes 2 (codirigé par Henri Louis Go et Gérard Sensevy), sur le « plan de travail » dans la classe de Carmen Montès (mention TB). Soutenance d’un Master 2 par Anne Gabion à l’Université Rennes 2 (codirigé par Henri Louis Go et Gérard Sensevy) sur « l’éducation aux paysages » dans la classe de Carmen Montès (mention TB).

 

2009 : Départ en retraite de Carmen Montès et de Brigitte Konecny. Recrutement de Mélanie Grimonpont (directrice) et d’Avril Ferrandou-Levesque (commission : Madame Sandrine Adam, adjointe à l’IA, Carmen Montès, directrice, Henri Louis Go, universitaire).

- Soutenance d’un Master 2 par François Carroz à l’Université Rennes 2 (dirigé par Henri Louis Go) sur le « plan de travail » dans la classe de Carmen Montès, approfondissement du Master 1 (Mention TB).

- Création d’une Convention entre les laboratoires de recherche CREAD de Rennes 2 & LISEC-Lorraine de Nancy 2, et l’École Freinet. Henri Louis Go assurera la direction scientifique de l’école.

- Décision de créer « L’Institut Freinet de Vence »

- Actualisation de la Charte « L’École Freinet », sous l’autorité de Mme Sandrine Adam adjointe à l’IA, et écriture d'une "Convention tripartite"

- L'École Freinet est intégrée dans la circonscription de Vence

 

2010 : Enquête (master 2) de Philippe Ninoux (Université Nancy 2) sur l'accueil des "petits" à l'École Freinet.

- Séjours de François Carroz qui entreprend une thèse sur le "plan de travail" dans les 3 classes de l'école.

 

2011Séjours de François Carroz pour sa deuxième année de thèse.

- Séjours de Xavier Riondet pour l'écriture d'un livre sur l'histoire de l'école depuis 1975.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Institut Freinet Retrouver la sève - dans Ecole Freinet de Vence
commenter cet article

commentaires